XP doublé
Température autours de 25 degrés en journée.
La rencontre inattendu [Ft. Lio]



 

 :: 
Terres des clans
 :: NEW YORK :: Toits de l'Avenue Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La rencontre inattendu [Ft. Lio]

avatar
Lucky
CHIEN NEW-YORKAIS
Messages : 96
Ledwen : 93

PTS vie :
100 / 100100 / 100

Expérience :
20 / 10020 / 100






Messages : 96
Ledwen : 93

PTS vie :
100 / 100100 / 100

Expérience :
20 / 10020 / 100






Messages : 96
Ledwen : 93

PTS vie :
100 / 100100 / 100

Expérience :
20 / 10020 / 100






Voir le profil de l'utilisateur
Dim 2 Oct - 16:50


La rencontre inattendu

Ft.Lio

La Cinquième Avenue, un lieu ou avant la vie était calme et abondant a était transformer en un lieu de mort. Les quelques débris qui avant était des buildings incroyables menacent de s'effondrer a tous moment. C’était un des endroits les moins sur, mais enfaite, aucun endroits n’étaient sur. Comment m’étais-je retrouver la ?

Je regardais autours de moi pour essayer d'apercevoir une forme de vie qui pourrait m'indique un direction a prendre pour sortir de cette enfer, mais rien. Rien mise a par ce bruit qui venais de derrière une poutre métallique, un bruit de grincement aiguë comme des croc qui se refermer sur un objet d'acier. Je m'approcha d'un pas léger espérant trouver un animal. Une petite souris, enfin plus un rat, mais un rat vraiment petit alors. je m'approcha de lui doucement:

-"Tu sais parler ? Lui demandais-je calmement pour ne pas l'effrayer.

Mon ton était peut-être un peu trop agressif car des qu'il m’aperçus il s'enfuit. Je me mis directement a sa poursuite répétant entre deux fouler:

- Je ne te veux pas de mal, revient."

La poussière se souleva a chaque pas que je faisais et on sentais l'odeur acre de la rouille. Il tourna alors brusquement dans un ruelle sombre. Je ralentie doucement mes pas pour m’arrêter devant cette rue obscure. Je m’avança doucement dans le noir, entrouvrant ma gueule et relevant mes oreille pour ne pas me faire suspendre, mais ce fut inutile. Ils m'attendaient déjà, une troupe rats. Je resta longtemps fixée devant eux.

Dès que l'un deux commença a s'avancer en montrant des crocs jaunies, je me retourna et pris la fuite. C’était tous se que je pouvais faire. Ils étaient au moins 5 ou peut-être 6 ! Dans tous le cas je ne pouvais pas me battre avec le peu d’expérience que j'avais. Il fallait que je trouve quelqu'un, n'importe qui. Mes pattes commençaient à me faire souffrir. Cette course effrénée devait s’arrêter.

Libération ! J'apercevais déjà au loin une silhouette d'un animal qui ressemblait a ceux du quartier ou j'étais né. Sans même regarder a qui j'avais a faire, je me baissa et rampa en dessous du chien:

-"Aide-moi, s'il te plait ! Balbutiais-je en reprenant mon souffle."

Je garda le regard perdu dans le vide, baissant les oreilles en crainte de sa réponse.
© Power
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lio
CHIEN BOSTONIEN
Messages : 88
Ledwen : 73

PTS vie :
100 / 100100 / 100

Expérience :
10 / 10010 / 100


Messages : 88
Ledwen : 73

PTS vie :
100 / 100100 / 100

Expérience :
10 / 10010 / 100


Messages : 88
Ledwen : 73

PTS vie :
100 / 100100 / 100

Expérience :
10 / 10010 / 100


Voir le profil de l'utilisateur
Mar 4 Oct - 19:30
participant 1LuckyLio

HRPG

Yo', j'ai décidé chronologiquement parlant, de faire passer la situation actuelle après celle d'un de mes RP en cours, j'espère que ça ne te dérange pas.

I hate U
La lune était déjà haute dans le ciel, qu'en sur un coup de tête la jeune femelle au pelage bicolore, avait prit l'importante décision d'accomplir ce qu'elle avait toujours voulut faire depuis le début : Voir si les bombes avaient aussi touchées la grande ville de New-York. Ville ou Lio avait perdu beaucoup de ses amis durant leurs expedition, c'est soit disant une ville où tout est possible et qui contient dans ses nombreuses rues les meilleurs policiers et agent du FBI.

Lio n'y avait jamais crus. Comment pourrait être les gens qui se disent supérieurs ? Seraient-ils d'une autres espèce que les humains? Auraient-ils des facultés qui ne se développe que là bas ? Probablement pas, mais il faut qu'elle sâche. Il faut que la femelle puisse enfin savoir si il n'y à que sa ville qui à était touchées, savoir si elle peut trouver une autre famille, d'autres humains, et peut être finir par pardonner.

C'est par foulée régulière que Lio entama donc sa route, elle s'avait que la voix la plus rapide étaient celles crées par les humains avant les bombes, mais elle savait aussi qu'elle risquait sa vie à chaque moment, surtout depuis l'attaque des humains il y a quelques temps.

Son épaule lui faisait moins mal soit, mais la peur lui empêchait de dormir. La peur est capable de modifié le genre même d'un individus, tout cela dans le but de le détruire, et ça, la femelle s'y refusait. Elle avait dû toute sa vie prouver aux autres qu'elle était capable d'assurer ses fonctions, surmonter chaque obstacle et endurcir son mental.

Voilà les leçons humaines dont Lio doit se souvenir, et qu'elle ne peut renier. Soit, l'humain à essayé de la détruire par sa traîtrise, mais l'humain aura fait une grosse erreur en entraînant la femelle à se défendre.

Le vent était à son avantage, la température clémente, et la faim assouvie. Pour l'instant, c'est l'assurance qui se dégage de Lio, à la fois dans son allure et dans son regard qui reflétait parfaitement les rayons de la brillante Lune.

La Lune à tournée, le soleil commence doucement à éclairer la route. Depuis un moment déjà, Lio sait qu'elle à quitté la ville, autours d'elle se trouve de nombreux débris, des cratères, des cadavres en décompositions. Et de tout cela se dégage une odeur qui la force à continuer plus rapidement.

Il lui fallait absolument arrivé à New-York avant le début de la prochaine journée, et même si sa blessure commençait doucement à jouer avec ses nerfs, elle n'allait pas se montrer faible. Les faibles meurent. Seuls les forts survivent.

Et c'est comme ça que le temps passe. La femelle ne pense qu'au passé, elle rumine une vengeance dont elle sait que personne ne connaîtra les foudres. Mais ça lui plait. Elle ressent un étrange plaisir à pouvoir s'imaginer, les crocs plantés dans la chaire du directeur de police. Celui qui lui à tout prit, son frère, ses parents, et qui au final à du donner l'ordre à son cher maître de la laisser seule à son sort.

Seule contre le climat chauffé par l'homme, seule face aux bombes crées par l'homme, et seule face au désert de débris.


Il est vrai que tout à était détruit, la moindre parcelle de la route était recouverte de suie. Le dernier espoir de Lio commençait à quitter son esprit, comme emporter par les corbeaux qui annoncent la mort.

C'est petit à petit que de nombreux buildings commencèrent à se dessiner à l'horizon. Tandis que chacun des membres de la femelle lui suppliait de s'arrêter pour reprendre de la force.

Mais elle ne peut pas. Ou plutôt elle ne veut pas. Pourquoi dans ce cas, devrait-elle écouter une autre voix que la sienne ? Son corps lui obéis, ce n'est pas elle qui obéis à son corps. La souffrance ne peut la rendre que plus forte, et plus endurcie.

Continuer. Il faut qu'elle continue quitte à se brûler les ailes en arrivant dans un territoire encore plus désolé que sa propre ville. Quitte à ne pas trouver d'endroits où logés, quitte à devoir se battre pour y rester suffisamment de temps pour pouvoir découvrir ce qu'elle cherche.

Non. Elle ne va pas baisser les bras. Elle va montrer au hagard avec qui il joue, et lui montrer qui mène la partie.

Lio prit une profonde respiration, ferma les yeux, et expira avant de détendre ses muscles, bondir en avant, et commencer à courir. Ses muscles semblèrent avec douceur se dénouer, les douleurs se dissipées. Voilà la vraie force de l'esprit.


S'était à présent une grande rue qui se dessinait devant elle, une rue qui semblait continuer derrière la ligne de l'horizon. Elle était déjà dans le centre ville, deux journées s'étaient écoulées depuis son départ de Boston, et la fatigue commençait doucement à l'appeler, pour qu'à son tour elle tombe dans les bras de morphée, qui en ces temps sombres, conduisaient souvent au gouffre d'Adès.

Ses oreilles s'inclinèrent vers l'avant, tandis qu'elle sentit se glisser en dessous d'elle, quelque chose de poilu. Lio sentit tout ses muscles se contracter, elle ne pouvait pas se défendre. La peur commença tout doucement à envahir son esprit, qui commença à s'affoler.  

-"Aide-moi, s'il te plait ! " L'animal qui avait dit ça semblait être essoufflé, mais par dessus tout, jeune, et aussi effrayer que la femelle.

Lio toussota, et baissa sa tête entre ses pattes pour pouvoir voir son interlocuteur. C'était une jeune chien au pelage marron, il était totalement recroquevillé sur lui même, et son cou était couvert par un bandana rouge. Surement un souvenir humain.

Comme si il y avait besoin d'un objet pour se souvenir d'eux. Comme si le paysage environnent ne suffisait pas.

« Hm, petit, sort de la dessous s'il te plais. » Lio marqua une pose, elle avait dans son ton de voix essayer d'exprimer une multitude d'émotions, comprenant : du calme, un profond désintérêt de la situation et une touche de mépris. « Tu sais, moi j'peux rien faire s'tu dits pas ce que tu veux. J'suis pas un devin moi. »

©linus pour Epicode

_________________

Lio
Tu es la seule personne en qui tu peux te fier.

codage par whatsername.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lucky
CHIEN NEW-YORKAIS
Messages : 96
Ledwen : 93

PTS vie :
100 / 100100 / 100

Expérience :
20 / 10020 / 100






Messages : 96
Ledwen : 93

PTS vie :
100 / 100100 / 100

Expérience :
20 / 10020 / 100






Messages : 96
Ledwen : 93

PTS vie :
100 / 100100 / 100

Expérience :
20 / 10020 / 100






Voir le profil de l'utilisateur
Mar 4 Oct - 21:01


La rencontre inattendu

Ft.Lio

« Hm, petit, sort de la dessous s'il te plais. La chienne marqua un arret, puis reprit: Tu sais, moi j'peux rien faire s'tu dits pas ce que tu veux. J'suis pas un devin moi. »

Dans sa voix on sentait les émotions se confondant. J'avais du lui faire peur, pourtant je pensais que avec ma course décousue elle m'avait aperçu. Je suis trop rapide ! Quand ces paroles retentirent dans mon esprit mes yeux se mirent à briller. Le bruit d'un couinement me sortie de mes pensées et je me souviens pourquoi je courrait. Les rats ! Je ramena ma queue sous mes pattes , puis essaya de prononcer quelque mots. Mais que des fragments sortirent de ma bouche:

-"Les... Ra...ts...".

Je ne réussie pas a en prononcer plus. La peur m'avait déjà paralyser. J’étais petit, faible et peureux. Comment faire comprendre a ce chien se que je lui voulais. Je suis pathétique ! Reprend-toi gros imbécile ! Je ferma les yeux et pensa très fort a se que Guss avais fait pour me sauver. Il m'avait sorti de la famine et j’étais la grâce a lui. Dans un élan de courage je glissa pour sortir de sous la femelle:

-" Derrière moi il y a des rats ! Il me poursuive pour une raison inconnu et je ne peux pas me battre ni leur faire peur. Alors, j'ai besoin de ton aide. S'il te plait ?" Lui annonçai-je.


Je ne pouvais pas lui dire que je poursuivais moi-même un rat, elle m'aurait prit pour un débile. Doucement je regarda derrière la femelle pour voir les poursuivants arrivaient a toute vitesse. La panique commençait a monter petit a petit et je ne tenais plus en place. J'avais extrêmement envie de partir en courant laissant ce chien seul face a cette troupe miniature. Je ne peux pas faire ça . Je la regarda fermement en la suppliant du regard espérant la faire craquer. A la moindre réponse négative, j’étais prêt a fuir. Aide-moi pitier, pitier ! J'attendais sa réponse avec grand hâte.

Une idée me traversa l'esprit. Et si je regarder comment elle se débrouille face aux rats ? Si ça se trouve elle pourra m'apprendre des choses ? Il fallait que j’attende sa réponse avant de me décider. J'observais autours de moi un endroit ou me poster pour admirer le combat si sa réponse ne me convenais pas. Perdu entre plusieurs sentiments je commençais a reculer petit pas par petit pas. Quand je vis les rats s’arrêtaient net devant la femelle au pelage beige Je fis un pas en arrière, retroussant les babines. La peur et la panique se lisaient dans mon regard mais je n'arrivais pas le cacher. C'est normale pour un chien d'avoirs aussi peur de Rats ?
© Power
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Un courrier inattendu
» [Privé + Glen Pandora]Un rendez-vous inattendu ...
» L'inattendu [PV Melley]
» Surprise inattendu...[PV : Far'jim]
» Une lettre tant attendue & un messager inattendu - Lorenzacio -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Terres des clans
 :: NEW YORK :: Toits de l'Avenue
-
Sauter vers: